Gérants de Cctld au Bénin et pays voisins, membres actifs de la communauté internet locale, producteurs et régulateurs de contenus, régistrars et bureaux d’enregistrement de domaines, tels sont les profils de la vingtaine de participants à ce séminaire. Venus de la Guinée Conakry, du Congo Brazzaville, de l’Afrique du sud, du Tchad, du Cameroun, de la Côte d’Ivoire et du Bénin, les séminaristes ont eu droit à une semaine remplie sur le plan stratégique de communication, les cibles et vecteurs de communication, la prise de parole en public, les choix budgétaires, etc.

« L’absence de communication n’existe pas » ou « une stratégie de communication de co-construit » ou encore « une stratégie de communication est un moyen de management », tels étaient quelques bouts de phrase piqués à la volée lors de la première journée. J’ai eu personnellement la chance de participer à ce séminaire. Il en était un, car il m’a permis de me rendre compte de la spécificité d’un plan de communication appliqué au numérique. Le terme « patriotisme numérique » utilisé dans un de mes précédents billets m’a été d’ailleurs « prêté » par l’experte formatrice Odile AMBRY qui, eu égard à ses multiples expériences et à son expertise a marqué positivement les participants. Odile travaille sur les nouveaux modes de communication, notamment les questions d’identité et de marque sur les réseaux sociaux, co-fondatrice et directrice de l’agence de presse multimédia Tocsin et auteur du livre « De la com’ à l’e-cosystème » paru en septembre 2010.

Organisé par la société IT-NUM en partenariat avec BENIN TELECOMS SA, cet atelier a bénéficié du sponsoring de l’Association pour le nommage internet en coopération. Des acteurs, qui, pour moi, méritent remerciements afin que de tels ateliers se multiplient au Bénin et en Afrique. Faut-il le souligner, ce séminaire a bénéficié le premier jour de la présence de Monsieur Jules DEGILA, Conseiller Technique à l’Economie Numérique du Président de la République du Bénin, et, au dernier jour, de Monsieur Pierre DANDJINOU, Vice-Président de ICANN.

Le développement et l’évolution des moyens de communication, au travers notamment de la multiplication des blogs et des réseaux sociaux, changent le rapport de l’individu à autrui. Ainsi, l’identité numérique permet l’identification de l’individu en ligne et la mise en relation de celui-ci avec cet ensemble de communautés virtuelles qu’est Internet. Dès lors, l’identité numérique doit bénéficier d’un plan de communication, qu’on soit une personne physique ou morale. Celui-ci, bien évidemment doit tenir compte de la cible, des vecteurs, de porte-parole et du langage.

Vivement que nos entreprises en prennent conscience et se définissent un plan de communication numérique à la hauteur du rôle inégalable que constitue le numérique dans le développement.

Pour m'écrire: moi@magbayazon.bj